lundi 29 août 2016

Savoir Attendre

François Roustang, source +Wikipedia 
Amateur de psychologie depuis ma formation à l’école d’éducateur spécialisée, j’ai appris à relativiser certaines de ses catégories depuis que je pratique la méditation et que j’étudie ses enseignements.  

Pourtant j’ai redécouvert la puissance de cette discipline à la lecture des ouvrages de François Roustang. Ce philosophe et psychanalyste s’est peu à peu consacré à l’hypnothérapie. 

A travers ses expérimentations auprès des patients qu’il accompagnait, il a montré comment le corps et l’esprit n’étaient pas séparables : « il n’y pas d’âmes sans corps et pas de corps sans rapport à l’espace et à l’environnement. Le corps humain est la meilleure image de l’âme humaine. C’est Wittgenstein qui dit cela. C’est du corps qu’il faut s’occuper, pas du corps vu par la médecine scientifique, mais du corps qui parle, qui se meut, qui s’émeut. » 

Il également montré qu’être authentiquement à l’écoute de l’autre, c’est avant tout, « savoir attendre » : « il s’agit d’une attente sans contenu. On n’attend rien, on attend tout simplement. On devient attente (…) L’attente dont je parle est faite pour créer un état de disponibilité, pour nous mettre en état de souplesse à l’égard des choses, des personnes ou des évènements » 
 
Cet état de disponibilité semble étonnement se rapprocher de l’état de grande présence cultivée en pratiquant la méditation.
Je ne peux donc que vous conseiller de lire les ouvrages de François Roustang et découvrir l’ampleur de ses enseignements. 

Mathieu Brégegère
Paris

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Nous répondons systématiquement à vos commentaires et questions.